Travail isolé : quels risques et comment assurer la prévention ?

Le travail isolé se généralise désormais dans beaucoup de secteurs d’activités différents suite notamment à l’accroissement des horaires exceptionnels.

Comment définir le travail isolé ?

Le travail isolé est défini par le STM de la manière suivante : « la réalisation d’une tâche par une personne seule, dans un environnement de travail où elle ne peut être ni vue, ni entendue directement par d’autres, où la probabilité de visite d’une autre personne est faible, et où la probabilité d’accident est supérieure à celle de la vie courante. »

Quels sont les risques pour le travailleur isolé ?

  • En cas d’incident/accident, il est plus difficile de contacter les secours pour une personne seule.
  • Le risque d’agression est présent et peut représenter une source de stress et d’anxiété.
  • Le travailleur est confronté à un isolement physique et psychique.

Comment faire pour limiter ces risques ?

Pour savoir si ses salariés sont exposés au travail isolé, l’employeur se doit de réaliser une évaluation des risques.

A la suite de cette évaluation, l’employeur est tenu d’identifier des mesures à prendre pour prévenir ces risques notamment en assurant la formation et l’information des salariés concernés.

Il peut aussi prévoir des équipements de travail spécifiques en fonction des situations à risques (par exemple, pour un technicien assurant une maintenance, des gants de protection ou bien des chaussures antidérapantes pour éviter les glissades).

Il faut aussi prévoir un système de communication fiable afin que le travailleur puisse contacter les personnes à prévenir en cas d’incident/accident. Le DATI (Dispositif d’Alarme pour Travailleur Isolé) peut-être très utile dans ces situations car il permet d’alerter les secours en cas de problème grâce à un appel volontaire et/ou automatique.

N’hésitez pas à contacter nos consultants pour de plus amples informations.

About the Author