Blog : évaluation des risques

Espaces confinés : quels risques et comment assurer la prévention ?

De nombreux salariés travaillent aujourd’hui dans des espaces confinés où les risques sont multiples pour la santé et la sécurité : malaises, pertes de connaissance liées au manque d’oxygène, chutes, intoxications suite à la présence de substances toxiques, … Des situations ou la prévention est primordiale pour éviter des accidents graves.

espaces confinés-securite-sante-travail
Les risques liés au travail en espaces confinés doivent faire l’objet d’un diagnostic afin d’identifier comment les prévenir au mieux. Photo : Flickr

 

Qu’est-ce qu’un espace confiné ?

Le Service de Santé au Travail Multisectoriel (STM) au Luxembourg définit un espace confiné de la manière suivante : « Un espace confiné est un volume creux totalement ou partiellement fermé comme les citernes, les cuves, les réservoirs ou les puits. En général, cet espace est occupé uniquement pour des travaux d’entretien, de maintenance ou de nettoyage ».

Ces espaces de travail peuvent comporter des risques pour la sécurité et la santé des travailleurs, les plus importants étant des malaises ou des accidents liées aux activités effectuées dans ces espaces (exemple : manipulation de substances chimiques/toxiques) où l’atmosphère ne se renouvelle pas correctement.

 

Que faire pour limiter les risques en espaces confinés ?

La prévention et la préparation en amont sont très importants, il convient alors :

  • de procéder à un diagnostic complet des lieux concernés (anticipation des risques pouvant survenir, exiguïté du lieu pouvant limiter l’intervention des secours, …)
  • de définir les moyens de protection à mettre en œuvre afin de limiter au maximum les risques (nomination d’une personne responsable, utilisation d’équipements de protection individuelle, …)
  • de concevoir des instructions claires quant aux activités à effectuer et de veiller à bien informer et former les travailleurs concernés
  • de s’assurer que les travailleurs aient à leur disposition un moyen de communication fiable (talkie-walkie, …) afin de pouvoir prévenir au plus vite en cas de situation anormale.

La prévention est donc nécessaire pour assurer la sécurité et la santé des travailleurs.

En tant que service externe de prévention, SSTL peut vous aider à mener une évaluation des risques en amont et peut vous proposer un plan d’action précis. N’hésitez pas à nous contacter pour de plus amples informations. Nos consultants sont à votre écoute.

Risques psychosociaux : quels symptômes et quelles conséquences ?

Quel que soit le secteur d’activité, de plus en plus de salariés souffrent de symptômes liés à des risques psychosociaux. Chaque salarié est concerné.

Comment les reconnaître ? Que faire pour les prévenir et quelles sont les conséquences en termes de santé et sécurité des travailleurs ?

Comprendre quels sont les risques psychosociaux afin de pouvoir les prévenir au mieux.
Les risques psychosociaux doivent faire l’objet d’un diagnostic afin d’identifier leurs sources et afin de pouvoir les prévenir au mieux.

Quels sont les symptômes ?

Les symptômes peuvent être nombreux : difficultés pour se concentrer au travail, difficultés à trouver le sommeil, stress au travail, irritabilité, consommation excessive de médicaments, …

Des symptômes qui doivent avertir la personne compétente au sein de l’entreprise afin de pouvoir prendre les mesures de prévention nécessaires au plus tôt et éviter des situations plus graves comme des malaises ou des burnouts.

Quelles en sont les conséquences ?

Outre les facteurs influençant sur la santé physique et psychique des salariés pouvant conduire à des conséquences très graves, les risques psychosociaux agissent sur l’organisation générale du travail au sein de l’entreprise.

Il peut s’agir par exemple d’une baisse de la productivité, d’une augmentation des accidents de travail et de l’absentéisme, ou encore, d’une altération du climat social au sein de l’entreprise.

Comment les prévenir ?

Les sources peuvent être nombreuses et diffèrent selon les entreprises. Il convient donc de mener une évaluation des risques afin de pouvoir prévenir au mieux les risques psychosociaux.

Une fois l’analyse menée, il est important de mettre en place des solutions comme par exemple impliquer les salariés dans une démarche de prévention collective afin de limiter au minimum les risques psychosociaux.

La prévention contre les risques psychosociaux est donc essentielle pour le bien-être des travailleurs mais aussi pour le bon fonctionnement de l’entreprise.

En tant que service externe de prévention, SSTL peut vous aider à mener l’évaluation des risques et peut vous proposer un plan d’action précis quant aux mesures à prendre en fonction des facteurs propres à votre entreprise. N’hésitez pas à nous contacter pour de plus amples informations. Nos consultants sont à votre écoute.

Travail isolé : quels risques et comment assurer la prévention ?

Le travail isolé se généralise désormais dans beaucoup de secteurs d’activités différents suite notamment à l’accroissement des horaires exceptionnels.

Comment définir le travail isolé ?

Le travail isolé est défini par le STM de la manière suivante : « la réalisation d’une tâche par une personne seule, dans un environnement de travail où elle ne peut être ni vue, ni entendue directement par d’autres, où la probabilité de visite d’une autre personne est faible, et où la probabilité d’accident est supérieure à celle de la vie courante. »

Quels sont les risques pour le travailleur isolé ?

  • En cas d’incident/accident, il est plus difficile de contacter les secours pour une personne seule.
  • Le risque d’agression est présent et peut représenter une source de stress et d’anxiété.
  • Le travailleur est confronté à un isolement physique et psychique.

Comment faire pour limiter ces risques ?

Pour savoir si ses salariés sont exposés au travail isolé, l’employeur se doit de réaliser une évaluation des risques.

A la suite de cette évaluation, l’employeur est tenu d’identifier des mesures à prendre pour prévenir ces risques notamment en assurant la formation et l’information des salariés concernés.

Il peut aussi prévoir des équipements de travail spécifiques en fonction des situations à risques (par exemple, pour un technicien assurant une maintenance, des gants de protection ou bien des chaussures antidérapantes pour éviter les glissades).

Il faut aussi prévoir un système de communication fiable afin que le travailleur puisse contacter les personnes à prévenir en cas d’incident/accident. Le DATI (Dispositif d’Alarme pour Travailleur Isolé) peut-être très utile dans ces situations car il permet d’alerter les secours en cas de problème grâce à un appel volontaire et/ou automatique.

N’hésitez pas à contacter nos consultants pour de plus amples informations.

Le bruit

Nous sommes aujourd’hui de plus en plus confrontés au bruit en milieu professionnel, et pour cause, les sources peuvent être multiples : machines bruyantes, environnement bruyant et mouvementé (notamment en open space), … C’est un risque qui peut engendrer des conséquences très importantes sur la santé que l’employeur ne doit pas négliger.

Quels sont les risques liés au travail dans un environnement bruyant ?

Le travail quotidien en environnement bruyant peut, à terme, être dangereux pour l’ouïe et peut même conduire à une perte auditive voire même une surdité dans les cas extrêmes d’exposition. Plus généralement, le bruit est source de fatigue et peut nuire à la concentration des travailleurs.

Que dit la loi ?

Au Luxembourg, selon les « Prescriptions de sécurité types » de l’Inspection du Travail et des Mines (ITM-SST 32.10 – Protection des Travailleurs, à l’article 8.6), il faut : « maintenir l’exposition quotidienne des travailleurs au bruit à un niveau inférieur à 85 dB(A) (…)».

Le règlement Grand-Ducal du 06 Février 2007 concernant les prescriptions minimales de sécurité et de santé relatives à l’exposition des travailleurs aux risques dus aux agents physiques (bruit) prévoit également à l’article 5.1 que : « les risques résultant de l’exposition au bruit sont supprimés à leur source ou réduits au minimum. ».

Que faire pour réduire le bruit au minimum ?

 Afin de réduire les sources de bruit au minimum, voire de les supprimer, l’employeur doit commencer par évaluer les risques encourus par les salariés en termes de sécurité et de santé. Il pourra par la suite prendre des mesures pour faire en sorte d’améliorer la situation comme par exemple isoler le plus possible les machines bruyantes, ou encore mettre à disposition des protections auditives pour les personnes ne pouvant pas faire autrement que de travailler en environnement bruyant (dans le secteur du BTP notamment).

SSTL, service externe de prévention peut vous aider à évaluer les risques au sein de votre entreprise, n’hésitez pas à contacter nos experts pour de plus amples informations.